mardi 25 novembre 2014

jeudi 20 novembre 2014

départ


journée à charger la voiture ...
et à me demander ce que j'emporte ou pas
comme d'habitude !
je ne suis jamais vraiment prête
...
bon week-end


mardi 18 novembre 2014

... jambes coupées

-->

je travaillais à quelques "Bris de vies" ce matin, lorsqu'en rangeant, je suis tombée sur ce texte écrit le 27 janvier 2003, 
je l'avais mis de côté,
et en le relisant, je re vis cette scène qui m'avait semblée surréaliste à l'époque.
l'émotion me submerge
... ça plus le reste j’ai ce soir, sans faire d’humour noir, les jambes coupées.


Aujourd’hui, c’était bizarre.
J’étais à Montpellier au Polygone exactement qui est une galerie marchande.
Je déjeunais légèrement d’une crêpe-salade en bas, au bar, au beau milieu du hall, face à l’escalator.
Et puis, est arrivé un handicapé en fauteuil roulant, pas de l’escalator bien sûr, de nulle part … en tout cas pas de là où l’on rentre normalement nous les pas handicapés puisqu’il y a des escaliers.
Non d’ailleurs.
Puis un deuxième et puis un troisième. Bon, me suis-je dit, il fait un temps à chier, ils sont mieux dans la galerie marchande que dans les rues.
C’est drôle … a-t-on déjà pensé qu’un handicapé quand il pleut ne peut pas à la fois tenir un parapluie et faire rouler son fauteuil avec ses bras ?
Et même à Montpellier, parfois il pleut … 
Alors, une galerie-marchande, bien sûr c’est une bonne idée.
Le premier a disparu de ma vue. Le deuxième est venu prendre un café au bar à la table à côté de la mienne et le troisième s’est installé … enfin installé, ils le sont déjà dans leur fauteuil, je devrai dire s’est arrêté. Il s’est arrêté adossé à l’angle d’une boutique face à l’escalator et est resté là sans rien faire, juste regarder les gens monter et descendre, courir et marcher, sauter les dernières marches en descendant ou buter sur la première en montant.
C’était un jeune homme d’environ 30 ans, les cheveux blonds un peu indomptés, attachés derrière en queue de cheval. Il avait un assez joli visage avec des yeux clairs et quelque chose d’heureux, de gai. Alors que la plupart des gens qui passaient étaient fermés, tristes et pressés.
Lui avait un demi-sourire et il regardait cet escalator, il n’en perdait pas une miette.
Admirait-il les jambes qui fonctionnaient ? lui dont on devinait que les siennes n’étaient plus que des ombres.
Ou bien ressassait-il un accident d’escalator qui l’aurait mis dans cet état ?
J’avais envie de lui parler, de lui demander si regarder les gens se mouvoir lui faisait plaisir ou si ça lui faisait du mal.
Montait-il cet escalier dans la peau de chaque personne ?

Il était là, comme au cinéma, il regardait cet escalator plein de monde et ne se laissait distraire par rien d’autre.  Que pouvait-il se passer dans sa tête ?
Il était invisible, personne ne lui prêtait attention. Ah bien sûr, s’il avait fait la manche, on l’aurait remarqué. Mais non rien, il ne bougeait pas. Juste son regard qui montait et descendait quand il choisissait d’accompagner tel ou tel passant dans son escalade.
Et puis, au bout d’un quart d’heure, il a sorti une cigarette et l’a allumée. Et là, abrutie que je suis par les slogans publicitaires, j’ai pensé « FUMER NUIT GRAVEMENT A LA SANTE » et puis j’ai ri, en moi-même, de moi-même, quelle réflexion idiote !
SA santé ! elle lui a déjà joué un sale tour et sûrement pas à cause des cigarettes, alors que dire et que faire et que penser ?
Rien
J’aurai quand même aimé savoir ce qui lui passait par la tête.
C’était presque surréaliste



 je ne ferai rien cet après-midi et 
à l'heure où j'écris cette page un bel arc-en-ciel apparaît
comme pour l'illustrer 
ou me mettre du baume au coeur


dimanche 16 novembre 2014

pour Courdimanche

... mais aussi samedi ;)

et j'emporterai quelques "belles" avec moi
 





samedi 15 novembre 2014

jeudi 13 novembre 2014

Juliana

Juliana de Carré d'Artistes de Sao Polo 
est passée hier visiter l'atelier


et on a fait plein de beaux projets ... à suivre
 


lundi 10 novembre 2014

sans titr'encore

ben v'là ...
y a plus qu'à lui trouver un titre



vendredi 7 novembre 2014

j'y croyais ...

ce matin, j'y croyais dur comme "faire", à 8 heures j'étais à l'atelier
avec des envies, des idées ... et surtout
des besoins
et puis non 
ma main me rappelle à l'ordre, je ne ferais rien de plus
trop gauche ;)


jeudi 6 novembre 2014

bizarre ...


mon intervention s'est bien passée et peu à peu, je reprends du poil de la bête
ma main droite très solidaire de la gauche tente de vivre seule, elle cherche son indépendance ...

je n'ai eu que le bras gauche d'anesthésié et juste après l'intervention, 
le chirurgie m'a demandé de tenir mon bras gauche avec ma main droite
... je ne trouvais pas mon bras ... je le croyais replié sur mon ventre 
alors qu'il était le long de mon corps, tout seul à l'écart.

Je l'ai attrapé et caressé et c'était très spécial, 
je le connaissais sans le reconnaître, ce grain de peau m'était familier mais cette sensation
n'appartenait qu'à ma main droite ... ce contact sur mon bras gauche ne me renvoyait rien de ces carresses
et pourtant c'était chaud et ... vivant
mais c'était spécial !